Saint Vincent 2014 à Saint Aubin

Le saint de Saint-Aubin

Le saint de Saint-Aubin

Une grande première pour notre appellation, celle de participer au défilé de la Saint Vincent tournante  de Bourgogne, organisée cette année par les vignerons et les forces vives de Saint Aubin et de son proche hameau Gamay, le tout sous le contrôle  et haute protection de la Confrérie des Chevaliers du Tastevin qui a ses quartiers au clos de Vougeot.

Autant dire que notre délégation forte d’une petite dizaine « d’espions » était en ce samedi matin d’hiver dans ses petits souliers, fourrés pour l’occasion !

Des espions du genre pacifiques mais observateurs afin de ne pas perdre une miette (de brioche) de l’organisation d’un tel événement.

Saint Vincent ne devait pas être un adepte de la grasse matinée et pour l’honorer comme il se doit, mieux vaut se coucher tôt, presque comme nous, arrivés sur place la veille au soir, grâce à l’hospitalité d’un confrère du coté de Chagny.

En effet les différentes délégations affluant de tous les villages viticoles de Bourgogne, se retrouvent à partir de 6h30 autour d’un casse-croute d’accueil où en cherchant bien, on peut aussi trouver du café !

Plus de 80 sociétés de Saint Vincent à mettre à l’abri pendant cette sympathique collation cela nécessite légèrement plus de place que sous le préau de l’école !

A Saint Aubin nous étions attendus dans trois cuveries transformées en self service pour la bonne cause.

La nuit encore bien noire dans un village, pour nous inconnu, crée une ambiance presque intimiste malgré quelques centaines de participants, malgré les premiers visiteurs matinaux et malgré les courageux musiciens formants les trois fanfares qui vont escorter le défilé, courageux certes mais surtout résistants aux températures négatives loin d’être idéales pour les tambourineurs, les trompetteurs et autres coulisseurs de trombone.

7h 30 approchent, le cortège se met en place calmement selon un ordre bien établi, le Saint du village recevant la prochaine St Vincent, Vougeot en l’occurrence,  en tête suivi des autres saints bourguignons du nord au sud, donc logiquement et géographiquement nous occupons les premières place de cette longue cohorte  vigneronne, position trompeuse qui nous empêche de réaliser la dimension gigantesque  de cette procession, terme on ne peut plus de circonstance pour qualifier ce long ruban de saints et de bannières fièrement dressées dans ce hameau de Gamay, le tout dans une ambiance joyeuse et digne, riante et sérieuse.

Le saint du village recevant, fermant la marche accompagné par les Chevaliers de la Confrérie du Tastevin.

Une sensation honnêtement rarement ressentie avec le sentiment de faire partie d’une grande famille : celle des vignerons bourguignons réunis une fois l’an pour que la campagne à venir se passe sous les meilleurs auspices.

Traditionnellement et historiquement l’état d’esprit d’Irancy fait que l’on ne trouve trace d’un saint pour représenter les vignerons, ce qui ne les a jamais empêchés de le célébrer avec assiduité. Aussi pour défiler dignement, remercions Lise qui nous a prêté son saint….

Pour la saint Vincent 2015 un vénérable tronc de poirier d’Irancy, il va de soi, sous la gouge talentueuse de Maurice Courtet personnalisera notre Saint patron, que nous présenterons et baptiserons dès sa sortie de la maternité.

Revenons à Gamay où à l’heure prévue la fanfare de tête se met en route, les cuivres résonnent dans l’étroite grande rue du hameau, des visages tout juste sortis d’un profond sommeil écartent les rideaux, les enfants abandonnent leur petit déjeuner pour assister au spectacle.

L’obscurité nocturne s’estompe peu à peu, nous progressons entre des maisons serrées, sobrement mais joliment décorées, cet habitat traditionnel bourguignon avec ses pierres et ses tuiles n’a pas besoin d’artifices pour exprimer la beauté du lieu.

A la sortie de Gamay nous empruntons un chemin de vigne fraichement rempierré, St Aubin au loin sort de la brume matinale, nous devinons le soleil à l’horizon et attendons avec impatience la douceur de ses rayons, le givre recouvre les sarments et le plus grand décorateur d’Hollywood n’aurait pu réaliser un spectacle aussi féérique, la magie de la St Vincent sans doute qui nous transporte dans un autre monde, nos orteils frigorifiés semblent moins émerveillés !

Saint Vincent de saint Aubin

Saint Vincent de saint Aubin

A mi chemin de notre périple nous prenons conscience de l’ampleur du cortège, les dernières confréries sortent à peine de Gamay, les visiteurs forment une haie continue à l’approche de St Aubin, les appareils photos sont de sortie et les flashs crépitent dans le petit matin.

A notre arrivée dans le village hôte l’effervescence est sensible, accentuée par l’étroitesse des rues agrippées à flan de coteau, le long serpentin chemine  dans le dédale des voies et des ruelles avant d’emprunter la nationale 6 neutralisée pour l’événement, pour rejoindre le monument aux morts.

Rendre hommage aux combattants et plus largement à toutes celles et à tous ceux qui ont quitté leur terre natale ou d’adoption est une tradition émouvante et immuable : les saints se regroupent autour du monument afin d’observer une minute de silence dans le respect et la dignité.

La mise en place de cette cérémonie prend un certain temps ! Un quart d’heure après notre arrivée la queue du cortège se présente enfin !

Cette pause est pour nous l’occasion de retrouver des connaissances d’une lointaine scolarité et des relations professionnelles ou non, un petit verre de ratafia n’aurait pas été de trop ! On y pensera dans deux ans.

Cortège de la Saint Vincent de Saint Aubin

Cortège de la Saint Vincent de Saint Aubin

Reformation du cortège pour l’étape principale de ce périple : la messe, incontournable et très prisée pour une telle fête, l’église de St Aubin  domine le village avec son clocher au style singulier, elle est dimensionnée à l’importance de la population, plus concrètement c’est une spacieuse chapelle, fraichement rénovée avec goût et raffinement qui vu sa modeste capacité ne peut accueillir que quelques dizaines de fidèles. Un écran géant a permis à un public plus large de participer virtuellement à cet office.

Et nous pendant ce temps n’étions ni à la messe ni au bistrot, mais très correctement pris en main par quelques vignerons du cru chargés de veiller au bien-être des païens de notre espèce.

Le corps et l’esprit revigoré par ce moment fraternel, nous reprenons la route pour l’ultime étape, la Maison Forte de Gamay, halte terminale de cette majestueuse parade qui a de plus en plus de difficultés à se frayer un passage parmi les visiteurs qui ne cessent d’affluer.

Dans la cour de cet ancienne demeure fortifiée, les tenues rouges et or des Chevaliers du Tastevin atténuent l’austérité du lieu, discours des autorités et intronisations s’enchainent avec rythme, saluons également l’hommage rendu aux anciennes et aux anciens vignerons de St Aubin et de Gamay, leurs vies laborieuses et méritantes sont le socle d’une telle manifestation.

La mi journée approche, le cérémonial de cette St Vincent prend fin, à cet instant nous évaluons toute l’importance de ces quelques heures qui conditionnent la suite du programme et la réussite médiatique et professionnelle de cette belle aventure. Nos amis de St Aubin l’ont parfaitement fait,  physiquement  et spirituellement, bravo et merci.

Revenons à des préoccupations plus élémentaires : se nourrir, se désaltérer et être heureux !

Notre kit dégustation en main ou plutôt autour du cou, nous voici armés pour un deuxième petit marathon dans cette jolie contrée, baignée par un soleil printanier.

Autre réussite de cette St Vincent : le verre, le modèle choisi affiche immédiatement la couleur : de l’originalité, de la prestance et du sérieux, de plus il doit lors de ces deux journées festives magnifier les qualités des blancs comme des rouges. En effet l’appellation St Aubin se décline dans les deux couleurs et grâce à des coupons nous avions la possibilité de déguster quatre St Aubin blancs (2009, 2010, 2011, 2012) et deux rouges (2009 et 2011).

Affluence à la Saint Vincent de Saint Aubin

Affluence à la Saint Vincent de Saint Aubin

Pour qu’une telle manifestation se termine dignement, c'est-à-dire avec joie et effervescence, sans débordements qui ternissent l’éclat d’une telle journée il faut, pour les organisateurs ajuster la consommation de chacun des visiteurs à la frontière de l’ébriété, lors de cette St Vincent la consigne a vraiment été appliquée au ml près, chaque ticket donnant droit à quatre centilitres de St Aubin et même  nos sourires les plus séduisants n’ont pas réussi à corrompre les brigades de serveurs, signe du sérieux de cette organisation. Le fait qu’il nous reste encore des tickets en fin de journée semble accréditer ce système,  imposé par les autorités et de plus en plus accepté par les festoyeurs amateurs de vin conscients que la modération ne va pas à l’encontre du plaisir et de la bonne humeur. La variété, la diversité et la qualité des vins proposés ont désaltérés et comblés le plus grand nombre jusqu’à la tombée de  la nuit.

La restauration confiée à des spécialistes professionnels a été à la hauteur de l’événement, l’incontournable œuf en meurette était même de la fête, nous avions largement sous-estimé la fécondité des poules côte doriennes !

Le bien-être général est palpable, les quelques milliers de visiteurs déambulent  tranquillement, sans tension, une ambiance paisible, presque silencieuse savamment entretenue par l’absence d’une sonorisation trop souvent insupportable et inaudible, nous accompagne tout au long de l’après midi, l’attente aux caveaux et aux points restauration est raisonnable, l’alambic du 21eme siècle mérite le détour, tout comme ses cuivres rutilants et son propriétaire à la fois distillateur, restaurateur et vigneron en Saône  et Loire !

Le temps passe et mine de rien depuis ce matin les kilomètres s’accumulent, pour faire la St Vincent il faut partir chaussé à neuf, néanmoins un léger rodage vous épargnera des ampoules !

Estimant avoir effectué une sérieuse reconnaissance de Gamay et de St Aubin nous décidons de rejoindre notre Bourgogne septentrionale, nos véhicules garés à proximité nous évitent des pas supplémentaires, ce qui sera loin d’être le cas de tout le monde, notamment des visiteurs garés aux abords de la RN6 au delà de Puligny !

Cette journée inoubliable nous a fait prendre conscience de l’importance et de la dimension d’une St Vincent de Bourgogne, certes, mais nous sommes revenus rassurés, bien sur le travail qui nous attend tous est très important. Les nombreux atouts que nous possédons à Irancy vont nous aider et nous permettre de mettre sur pied un tel évènement, volontairement différent, heureusement spécifique, car adapté à la configuration et à l’esprit original d’Irancy.

A travers ce récit, nous espérons vous avoir fait partager et participer à notre joyeuse escapade, sorte de première pierre d’un chef d’œuvre que nous allons, tous ensemble, édifier.